Menu

lundi 7 décembre 2020

Vision de la Paracha - Vayéchev

Trouver la perle

Commentant le verset Vayéchev 36,1 : "Et, Yaakov s'installa", Rachi explique : "Après t'avoir écrit les implantations d'Esav et de ses descendances, d'une manière concise, le verset énumère les implantations de Yaakov et de ses descendances, par le détails. Ceci peux être comparé à une perle qui tombe dans le sable , d'abord l'homme palpe le sable et le passe au tamis, jusqu'à trouver la perle. Puis, dès qu'il la trouve, il rejette les cailloux de sa main et prend la perle.


Ce commentaire soulève une interrogation :  Pourquoi Rachi parle-t-il d'abord de sable, puis de cailloux ? L'explication qui peux être donnée, à ce propos est la suivante: Le sable fait allusion, auxobjets de ce monde, ce qui est permis, appartenant à la Klipat Noga ,qui possède à la fois le bien et le mal. De tels objets peuvent être transformés et intégrés au domaine de la sainteté, en apportant l'élévation au parcelles de Divinité qu'ils contiennent.


Les cailloux, à l'inverse, sont les objets interdit du monde, se rattachant aux trois Klipot, qui représente le mal absolu, tout ce qui est nuisible. On peux en trouver une illustration dans les propos de nos sages, énoncés dans la traité Baba Kama : "Si des cailloux sont projetés et brisent des ustensiles" ( le Talmud décrit ici le dégât qu'un homme peux causer, et la formulation du Talmud souligne à quel point les cailloux sont nuisible). De tels objets ne peuvent pas recevoir d'élévation et doivent être  totalement écartés.


Dans son commentaire, Rachi définit, d'une manière allusive, une voie du service de D.ieu. En effet, l'image d'un "homme palpant le sable" décrit la transformation de la matière du monde, qui consiste à rechercher, à toucher et à trouver la parcelle de divinité enfouie dans les domaines profanes. Puis il le passe au tamis signifie qu'il apporte l'élévation à ces objets "jusqu'à trouver la perle" et mettre en évidence la parcelle de divinité qui s'y trouve.


Rachi indique ensuite que : " dès qu'il la trouve, il rejette les cailloux de sa main", car, tant que le bien n'a pas été séparé du mal, cette objets reste encore profane. Il n'est que du "sable" portant en lui la parcelle de divinité. Puis, par la suite, quand le bien est séparé du mal, la aprcelle de divinité apparait à l'évidence et, dès lors le "sable" profane devient "cailloux", car il n'a plus en lui de bien et il doit donc être rejeté.


Un homme doit donc savoir qu'un objet matériel, par lui-même, si l'on fait abstraction de la parcelle de divinité qu'il contien, n'est rien d'autre que des "cailloux". Puis, cet homme trouve en lui la "perle" et il rejette les cailoux de sa main. En prenant conscience de tout cela, chacun peut effectivement apporter la plus haute élévation à tous les objets permis de ce monde et c'est précisément de cette facon que l'on "trouve la perle".


ccjn.fr

Aucun commentaire:

Publier un commentaire