Menu

lundi 29 août 2016

Vision De La Paracha

Paracha Re'eh
Deutéronome 11, 26 - 16, 17


« Vois », dit Moïse au peuple, « je présente devant vous aujourd’hui la bénédiction et la malédiction » : la bénédiction qui résultera de l’accomplissement des commandements et son contraire de leur abandon. L'une et l'autre seront proclamés sur le Mont Guerizim et sur le Mont Ebal quand le peuple aura traversé le Jourdain.

Le Temple devra être établi «au lieu que D.ieu choisira pour y faire demeurer Son nom». Le peuple y apportera ses sacrifices ; nulle part ailleurs on ne pourra faire d’offrandes à D.ieu . Il reste permis d’abattre, en dehors de ce lieu, des animaux, simplement pour en manger la viande. Le sang, cependant, (qui est versé sur l'autel dans le Temple) ne doit jamais être consommé.

jeudi 18 août 2016

Vision De La Paracha

Paracha Ekev                                                                                          
Deutéronome 7, 12 - 11, 25


Dans la paracha de Ekev (ce mot à une double signification "parce que"- signifie que moise sait d'avance qu'il vont accomplir les mitsvots ; et "talon" signifie que même les mitsvots que on aurait tendence à penser qui sont basse comme le talon ont toute leurs importances), Moïse poursuit ses admonestations : il promet aux Enfants d’Israël que, s’ils accomplissent les commandements (Mitsvot) de la Torah, ils connaîtront la prospérité sur la Terre dont ils s’apprêtent à prendre possession, conformément au serment fait par D.ieu à leurs ancêtres.

Il rappelle aussi les manquements commis par la première génération constituée en peuple : le veau d’or, la rébellion de Kora’h, la faute des espions, leurs accès de colère contre D.ieu à Taveirah, Massah et Kivrot Hataavah (« les Sépulcres de la Concupiscence ») : « Vous vous êtes rebellés contre D.ieu depuis le jour où je vous ai connus », leur dit-il . Mais il souligne aussi la bienveillance divine, le pardon des fautes et les Secondes Tables de la Loi données après leur repentance.

jeudi 21 juillet 2016

Jeûne du 17 Tamouz

Cette année le jeûne du 17 tamouz sera repoussé au Dimanche 24 juillet ; il débutera à 4h00, et se terminera à 22h27 . 


le jeûne que nous observons ce jour marque l'entrée dans la période des Trois semaines. C'est en effet le 17 Tamouz 3830 (ou en l'an70) qu'après quatre années de révolte juive les légions romaines ouvrirent une brèche dans les murailles de Jérusalem assiégée.


Cinq grandes catastrophes se sont produites à cette date dans notre histoire:

 

 -  Moshé Rabbénou brisa les tables de la loi à la vue de la faute du veau d'or.

 -  Le sacrifice quotidien fut suspendu durant le siège de Jérusalem (korban tamid).

 -  La 1ère brèche fut percée, prélude à la destruction du second temple.

 -  Avant la révolte de Bar Kohba, le chef militaire romain, un nommé Apostamos, brûla un rouleau de la Torah.

 -  Enfin, une idole fut érigée dans le second temple de Jérusalem.


mardi 19 juillet 2016

Vision De La Paracha

Paracha Balak

Nombres 22, 1 - 25, 9


La Sidra de cette semaine nous plonge dans les bénédictions adressées au Peuple Juif par le prophète non juif, Bilaam. Balak, roi de Moav, redoutait que le Peuple Juif ne l'attaque, lui et son peuple, sur sa route vers la Terre d'Israël. Il employa donc Bilaam, un prophète non juif, pour maudire les Juifs. Bien que Bilaam désirât accomplir la mission que lui avait confiée Balak, chaque fois qu'il se préparait à proférer des malédictions, D.ieu mettait dans sa bouche des bénédictions qu'il était obligé de prononcer. Ses bénédictions furent si puissantes qu'elles sont rappelées dans la Torah pour l'éternité et que certaines d'entre elles ont pris place dans notre rituel de prières quotidiennes.
Quand Bilaam vit que D.ieu ne lui permettrait pas de maudire le peuple, il chercha à l'atteindre par un autre biais. «Leur D.ieu, dit-il à Balak, déteste l'immoralité. Que tes femmes séduisent leurs hommes.»
Balak suivit ce conseil et en conséquence, une plaie s'abattit sur le Peuple Juif, tuant des milliers d'hommes.
Nos Sages s'interrogent : «Pourquoi D.ieu attribua-t-il une vision spirituelle et un don prophétique à un homme aussi vil que Bilaam ?»

mardi 12 juillet 2016

Vision De La Paracha


Paracha Houkat

Nombres 19, 2 - 22, 1




La paracha commence par les lois de la vache rousse, dont les cendres purifient celui qui s’est trouvé au contact d’un cadavre, sont enseignées à Moïse.c'est une des seul mitsvot qui n'a pas etait commprit par moche d'ou le nom "houkat"-decret.

Apres 40 années de voyages dans le désert le peuple arrive dans le désert de Tsin. Myriam décède et les puits miraculeux qui accompagnait les Enfants d'Israël par son mérite disparaît. Le peuple réclame de l’eau. D.ieu indique à Moïse de commander à un rocher d'en donner. Troublé par l’attitude du peuple, Moïse frappe la pierre et l’eau en jaillit.Pour cette faute D.ieu lui annonce que ni lui ni Aaron n’entreront en Terre Promise.

Le peuple prend le deuil de Aaron qui décède à Hor Hahar et son fils Elazar lui succède comme Grand Prêtre.

Des serpents venimeux attaquent le camp après qu’une fois encore le peuple ait « parlé contre D.ieu et contre Moïse ».

D.ieu demande à Moïse de placer un serpent d’airain en haut d’un mat : ceux qui auront été mordus le regarderont et vivront.

Le peuple entonne un chant en l’honneur du miraculeux bienfait de l’eau jaillie au coeur du désert.

Pour entrer en israel moche demande a passer par edom qui lui refuse le passage mais ne va pas en guere contre israel.

Moïse conduit le peuple à des batailles contre les rois Emorite, Si’hon et Og (qui avaits interdit la traversée de leur territoire). Leurs terres, situées à l’est du Jourdain sont ainsi conquises.

dimanche 19 juin 2016

Vision De La Paracha



Nombres 8, 1 – 12, 16



Il est commandé à Aharon d’élever de la lumière dans les lampes de la Ménorah jusqu'a que celle-ci monte d'elle même,cela vient rapeler la monter de l'ame comparer au feu vers son créateur puis la tribu de Lévi est initiée dans le service du sanctuaire.

Un « second Pessa’h » est instauré en réponse à la requête « Pourquoi serions-nous lésés ? » d’un groupe de Juifs qui n’avaient pas pu offrir le sacrifice pascal en son temps, car ils étaient alors rituellement impurs. cela vient nous enseigner que rien n'est perdue tout peux etre rattraper il suffit de bonne volonté. D-ieu prescrit à Moïse les procédures relatives aux voyages et aux campements du peuple d’Israël dans le désert, et le peuple en formations quitte le mont Sinaï auprès duquel il avait campé pendant près d’un an.

Le peuple est mécontent du « pain céleste » (la manne) qu’il reçoit et exige à Moïse de lui procurer de la viande. Moïse désigne 70 anciens, à qui il transmet une émanation de son esprit, pour l’assister dans la pesante tâche de gouverner le peuple. Myriam parle négativement au sujet de Moïse et est punie par la lèpre ; Moïse prie pour sa guérison et la communauté toute entière attend son retour pendant sept jours.

mercredi 15 juin 2016

Vision De La Paracha - Nasso , les tribus de Lévi

La Paracha Bamidbar commence en présentant le recensement des enfants d’Israël et elle se conclut par celui de la tribus de Lévi, qui se répartit entre différentes familles. D'abord est défini le recensement des fils de Kehat (dans la Paracha Bamidbar), puis la Paracha Nasso introduit celui des fils de Guerchon et des fils de Merari.

On observe ici une différence, à propos des fils de Kehat qui, lors des voyages dans le désert, portaient l'arche sainte et de celui des fils de Guerchon, qui portaient les tentures du sanctuaire, il est dit, selon une formulation respectueuse, "élève la tête". En effet le mot Nasso signifie à la fois élever et compter, en outre l'homme est désigné par sa tête, parti la plus haute de son corps, ces deux élément soulignent, l'un comme l'autre, l'élévation d'un tel recensement. Alors que pour les fils de Merari, qui portaient les poutres du sanctuaire, la Torah emploie une formulation beaucoup plus simple : "tu les compteras".

Le Midrash explique à ce propos, que : "D.ieu honore les fils de Kehat et de Guerchon, Kehat par respect pour l'arche sainte et Guerchon étant l'ainé. En revanche les fils de Merari étant responsable d'une tache plus simple la Torah n'y fait pas références à l'élévation.

Pour édifier le Sanctuaire dans lequel la présence de D.ieu se révélait, les enfant d'Israël devaient d'une part mener des actions concrète pour bâtir le Sanctuaire, et pour cela ils devaient se servir de toutes leur qualités et capacités, mais d'autre part , ils devaient aussi réduire leur ego et se soumettre à D.ieu.

La mission des Leviim comprenait deux aspect : Les fils de Kehat et de Guerchon représentaient l'action concrète alors que les fils de Merari représentaient la soumission ( Merari à la même étymologie que "Meriroute" - soumission et amertume ).



lundi 23 mai 2016

Le Papillon

Un jour, apparut un petit trou dans un cocon
un homme, qui passait à tout hasard, s’arrêta de longues heures à observer le papillon, qui s’efforçait de sortir par ce petit trou.

Après un long moment, c’était comme si le papillon avait abandonné, et le trou demeurait toujours
aussi petit.

On dirait que le papillon avait fait tout ce
qu’il pouvait, et qu’il ne pouvait plus rien faire d’autre.

Alors l’homme décida d’aider le papillon: il prit un canif et ouvrit le cocon. Le papillon sortit aussitôt


Mais son corps était maigre et engourdi; ses ailes étaient peu développées et bougeaient à peine

L’homme continua à observer, pensant que, d’un moment à l’autre, les ailes du papillon s’ouvriraient et seraient capables de supporter le corps du papillon pour qu’il prenne son envol
Il n’en fut rien! Le papillon passa le reste de son existence à se traîner par terre avec son maigre corps et ses ailes rabougries. Jamais il ne put voler.

Ce que l’homme, avec son geste de gentillesse et son intention d’aider, ne comprenait pas, c’est que le passage par le trou étroit du coccon était l’effort nécessaire pour que le papillon puisse transmettre le liquide de son corps à ses ailes de manière à pouvoir voler. C’était le moule à travers lequel la vie le faisait passer pour grandir et se développer.

Parfois, l’effort est exactement ce dont nous avons besoin dans notre vie.