Menu

mercredi 14 septembre 2016

Vision De La Paracha

Paracha Ki Tetsé

Deutéronome 21, 10 - 25, 19


Le verset (ki tetsé 22,8) dit : "Si tu construis une maison nouvelle, tu feras un parapet au dessus de ton toit et tu ne placeras pas du sang dans ta maison (en courant le risque d'une chute) , car celui qui tombe pourrait en tomber (le texte se répète)" . Commentant ce verset le sifri au paragraphe 229 dit : "Ceci (la formulation de ce verset) concerne uniquement celui qui la construit. Comment sait-on qu'il en est de même pour celui qui l'achète, qui en hérite ou qui la reçoit en cadeau ? Parce que le verset dit : "une maison" - dans toutes les situations d'acquisitions d'une maison.

Néanmoins, deux parties de ce verset soulèvent une difficulté :

1) Pourquoi faire référence à une "nouvelle maison", alors que la Hala'ha précise que cette disposition s'applique chaque fois qu'il y a un changement de propriétaire ? Même si la maison est ancienne, il reste une mitsva d'y installer un parapet (si cela n'a pas été fait).

2) Pourquoi dire que le parapet a pour objet de prévenir la chute de "celui qui tombe" (le verset semble indiquer que l'on fait référence ici à celui qui est déjà tomber ; Son but n'est-il pas précisément de faire en sorte que nul ne tombe (de prévenir la chute) ?

On peux donner à ce propos l'explication suivante : L'âme divine est saniteté et spiritualité. Avant sa descente dans ce monde obscur, elle est entourée par les plaisirs célestes les plus saint, Puis eele est appelée à descendre dans une "nouvelle maison" (ce monde) ou elle doit "résider" dans un corps de chair et de sang.

Pour cette âme, le passage vers le monde physique et matériel est effectivement un fait nouveau, au-delà de toute mesure par rapport à sa situation précédente , une chute vertigineuse. Mais ce fait nouveau précisément, présente aussi un aspect positif, Car c'est uniquement en étant dans ce monde que l'âme bâtit pour d... une "maison nouvelle".

Un juif, âme vêtue d'un corps, affine la matière et elle l'éclaire, d'une clarté divine et infinie. Une telle union entre l'âme et le corps est merveilleuse et elle constitue réellement un fait nouveau. Par ses accomplissements dans ce monde cette âme transmorme l'existence matérielle en une "maison" glorieuse pour la présence divine.

 C'est précisément là qu'il est nécessaire de placer un "parapet". En effet un juif court le risque d'être attiré par les plaisirs du monde (que son âme ne connaissait pas avant), d'être absorbé par eux, par toutes les forces de son esprit matériellement. Il est donc nécessaire que : "celui qui tombe" (l'âme qui descend dans ce monde), se protège de ce monde.

Un juif doit s'imposer des limites, des barrière, des précautions, qui le séparent du monde. Il faut toujours garder présent à l'esprit qu'en travaillant la matière, en la transformant, on n'est motivé uniquement que par la volonté divine. C'est de cette façon que l'on peux se préserver d'une chute jusqu'au niveau le plus bas, laquelle plongerait l'homme dans la "boue" du monde.
  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire