Menu

jeudi 29 janvier 2015

DISCOURS DE JACQUELINE FRAYSSE, Députée des Hauts-de-Seine


Je voudrais d’abord remercier chaleureusement Monsieur Habib et Monsieur Silvera et à travers eux, vous tous, pour avoir organisé cette cérémonie en hommage aux victimes des odieux attentats des 7, 8 et 9 janvier dernier. Les remercier aussi pour m’avoir invitée à y participer. Croyez que j’y suis très sensible. Comment ne pas être bouleversés par ces hommes et ces femmes, tués parce qu’ils étaient humoristes, juifs, policiers dans l’exercice de leur fonction ou simplement là, au mauvais endroit au mauvais moment ?

C’est notre devoir à tous, « que l’on croit au ciel ou que l’on n’y croit pas », comme dit le poète, de nous dresser contre de tels actes criminels et antisémites de surcroît perpétrés au nom de l’Islam que l’on tente de souiller.

Le terrorisme fonctionne par amalgame, au nom d’une prétendue responsabilité collective. Mais au bout du compte, il ne tue que des innocents.

Je me félicite que notre peuple se soit immédiatement et massivement dressé pour dire à la fois son indignation face à de tels actes et son refus de la terreur.
Comment comprendre une telle situation dans un pays comme le nôtre ? Un pays laïc et si profondément républicain qui pendant des siècles s’est attaché à réunir dans une même communauté nationale languedociens, bretons, alsaciens, juifs, musulmans, catholiques, protestants, immigrés de toutes origines… Notre ville en est une belle illustration.
Comment comprendre que dans ce pays, des personnes soient visées en fonction de leurs origines ou de leur religion ? C’est au-delà de la compréhension, au-delà de la raison, au-delà de l’acceptable.

Monsieur le Préfet, Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, Mesdames et Messieurs, chers nanterriennes et nanterriens, soyez assurés, par-delà l’émotion profonde qui nous travers tous, de la détermination de votre députée à garder la ligne qu’elle s’est toujours fixée –y compris quand elle était maire de cette ville– à savoir le refus de dresser nos concitoyens les uns contre les autres quel qu’en soit le prétexte, qu’il s’agisse de leurs origines, de leur croyance ou de leurs opinions.

Soyez sûrs que je continuerai à agir de toutes mes forces pour enseigner et défendre –dans nos propos comme dans nos actes– la Liberté, dans le respect des différences, la Laïcité et la Fraternité qui sont l’essence même de l’humanité.

Pour conclure et sans allonger trop mon propos, je crois que nous devons tous nous poser la question de savoir comment certains des enfants de ce pays peuvent en arriver là car, tous sans exception, naissent innocents. 

A méditer...

Jacqueline Fraysse, Députée des Hauts-de-Seine

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire