Menu

dimanche 1 juillet 2012

Chavouot


Nous venons de recevoir la Torah une nouvelle fois avec la fête de Chavouot. Sans doute chacun a-t-il vécu la célébration avec le sens indispensable d’une éternelle actualité qui se déroulerait sous nos yeux. Et, avec la même certitude, cette expérience ne peut nous avoir laissé inchangés.
Une phrase a marqué ces jours de fête : les enfants seront nos garants. Ce fut historiquement la proclamation des Juifs assemblés au pied du mont Sinaï lorsque D.ieu leur demanda une garantie de leur fidélité à la Torah pour les temps à venir. Ils eurent d’abord d’autres propositions à avancer, toutes belles, bonnes et légitimes – les anciens, les prophètes… – mais seule cette dernière fut acceptée.

L’idée est certes bien grande, elle fonde toute l’attention portée par le peuple juif aux enfants et à leur éducation au fil des générations. Mais nous voici au lendemain de Chavouot et ce «nos enfants seront nos garants», malgré toute sa noblesse, pourrait rester au niveau de la devise symbolique ou de l’objectif inatteignable. C’est justement ce défi qu’il nous appartient de relever aujourd’hui.

Ne nous méprenons pas : nous vivons en un temps où l’enjeu est essentiel. De fait, notre existence se passe dans des sociétés ouvertes dont l’idéal est souvent de réaliser une grise uniformité, plus facile à vivre collectivement, pense-t-on, que le paisible chatoiement des particularismes. Nous vivons en un monde qui présente ses propres modèles comme des références et, puisqu’ils ont déjà conquis la planète, invite chacun à s’y conformer.

La question qui nous est ainsi posée est, dès lors, la suivante : voulons-nous que notre avenir s’enracine dans notre longue histoire ou acceptons-nous l’oubli ? Voulons-nous que nos descendants continuent le chemin tracé par nos ancêtres et nous-mêmes et qui remonte jusqu’au mont Sinaï ? Nombreux sont les peuples qui, après un temps de grandeur, n’ont laissé de souvenirs qu’à l’état de ruines admirables. Le peuple juif a une autre volonté. Sa mémoire est vivante et c’est dans les jours qui passent qu’il construit ses plus beaux édifices, intellectuels, moraux et spirituels.

Les enfants seront nos garants : cette affirmation a une grande valeur pourvu qu’on en assume la portée. Donner aux enfants, par l’enseignement et par l’exemple, une éducation juive réelle, c’est faire que le monde de demain connaisse enfin la paix et l’harmonie, pour chaque homme. C’est enfin faire œuvre de Lumière.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire