Menu

mardi 16 octobre 2012

Le Kaddich




« Un parent amène un enfant dans ce monde ; un enfant peut amener un parent dans le monde futur. »
Quand une âme quitte ce monde et commence son voyage vers le haut, ses enfants peuvent l’aider tout au long de son cheminement. Lorsqu’un enfant amène plus de lumière et de sainteté dans ce monde, l’âme du parent s’élève plus haut. La récitation du Kaddich est pour cela un instrument de lumière exceptionnel, qui incombe aux fils de la personne défunte.
Le Kaddich est en fait un cadre donné à sa phrase centrale, récitée par la congrégation tout entière : « Que Son grand nom soit béni à jamais et pour l’éternité. » Lorsque l’endeuillé récite le Kaddich et que l’assemblée répond, exclamant ces mots à l’unisson, un éclair lumineux jaillit dans tous les mondes et l’âme de la personne disparue s’élève vers le haut.
Un éclair lumineux jaillit dans tous les mondes et l’âme de la personne disparue s’élève vers le hautMême si cette personne n’a pas laissé de fils, un autre Juif peut aider cette âme en récitant le Kaddich. Nous sommes tous connectés.
Qui ?
Les fils disent le Kaddich pour leurs père et mère quotidiennement pendant onze mois après leur décès et chaque année le jour de l’anniversaire de leur décès (d’après le calendrier juif).
S’il n’y a pas de fils – où qu’il y en a un, mais il est dans l’impossibilité d’assister aux offices –, l’idéal est qu’un autre homme de la famille (qui a lui-même perdu un parent) dise le Kaddich. Ou bien il est possible de demander à quelqu’un de le faire en lieu et place des enfants. De nombreuses yéchivas proposent ce service en échange d’un don forfaitaire.
Quand ?
Nous prions trois fois par jour : le matin, l’après-midi et le soir. Le Kaddich des endeuillés est récité au moins une fois au cours de chacun de ces offices.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire