Menu

mercredi 28 août 2013

Vision De La Paracha

Nitsavim-Vayelekh
Deutéronome 29, 9 - 31, 30

La parachat nitsavim décrit le rassemblement des exilés qui se produira lors de la délivrance future.

Le verset 30, 3 dit, à ce propos : " L'Eternel ton D... reviendra avec ta captivité... Il reviendra et te rassemblera d'entre toutes les nations". Nos sages, dont la mémoire est une bénédiction, remarquent qu'il est bien dit ici que : "D... reviendra", et non pas que "D... fera revenir". Ils en déduisent que la présence divine accompagne le peuple d’Israël, dans son exil et que, quand il sera libéré, D... quittera l'exil avec lui.


Or,on peux s'interroger sur ce qui vient d'être dit. Car, depuis l'époque des Patriarches, le saint béni soit-il se trouve avec son peuple, Israël et, de fait, il a donné l'assurance que : "voici, je suis avec toi et je te garderai ou tu iras ( promesse faite aux Patriarches )". Dès lors, quel est l'aspect nouveau introduit par cette explication de nos sages ( qu'a de plus la présence de D... en exil, par rapport à celle qui a été promise aux Patriarches ) ? En fait, il y a là deux points, qu'il convient de distinguer : 

  • 1. D... accompagne, en permanence, le peuple d’Israël, y compris pendant la période de l'exil ( comme il le faisait déjà à l'époque des Patriarches ). Cela veut dire que D... se tient au-dessus de l'exil et qu'il n'en subit pas les limites. Il accorde sa providence au peuple d’Israël et le protège en toute circonstance.
  •  2. A l'inverse, quand la torah dit que : "l'Eternel ton D... reviendra", elle introduit effectivement une idée nouvelle (par rapport à la promesse faite aux Patriarches). Non seulement D... accompagne le peuple d’Israël et le protège, mais, en outre, il se trouve lui-même en exil, comme s'il avait egalement été "renvoyé de sa maison" et il endure les souffrances de l'exil jusqu'à la délivrance complète. C'est alors seulement qu'il sera libéré et reviendra ( il ne fait donc pas que protéger un juif, il partage l'exil avec lui ).
Toutefois, ce qui vient d'être expliquer soulèvent une autre question : comment la délivrance pourra-t-elle se produire ? Il est un principe établi, en effet, selon lequel : "un captif ne se libère pas lui-même de prison ( il à besoin d'une intervention extérieure). Or si le saint béni soit-il est lui-même captif en exil, comment pourrait-il s'en libérer et en libérer les enfants d’Israël ?


Les sages expliquent donc que D... "édicta la délivrance pour lui-même". Avant même de se rendre en exil avec les enfants d’Israël, il fixa un temps en lequel lui-même et les enfants d’Israël seraient libérés de l'exil et connaîtraient la délivrance.

Nos sages ajoutent que l'on ne doit pas penser que D... ayant "édicté la délivrance pour lui-même ", se libérera d'abord et, ensuite seulement, libérera Israël. Bien au contraire,"Il reviendra avec eux" et sa libération sera celle d’Israël. Tant qu'un seul juif se trouve en exil, la présence divine y est aussi et y restera jusqu'à ce que tous les juifs quittent l'exil.   

© ccjn.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire